Tarucus rosacea

(Photo Rémy Amann)
(Photo Rémy Amann)

Pour le taxinomiste, celui-ci forme un binôme infernal avec le précédent, tant ils sont de séparation difficile. Pour distinguer l'Azuré parme (Tarucus rosacea) de l'Azuré du Jujubier (T. theophrastus), l'astuce est de pouvoir observer le premier dès la fin d'hiver et de préférence sur sa plante dénommée l'Épine du Christ (Ziziphus spina-christi), et le second en fin de printemps ou en été, survolant en nombre les grands massifs de Jujubier (Ziziphus lotus). (Le sujet illustré est originaire de la région de Tafraoute, Anti-Atlas sud-occidental, mars 2013).

Bilan conservatoire (2015)

Nombre de stations au Maroc (2015) : statut méconnu.