Quercusia quercus iberica

Au Maroc, l’avers alaire de la Thécla du Chêne est brun noirâtre glacé d’un beau violet resplendissant chez le mâle (la photo de Paolo Mazzei montre ici un sujet d’Italie d’un chromatisme plus vif qu’en Méditerranée occidentale), tandis que chez la femelle, c’est un bleu plus soutenu qui n’apparaît qu’en avers de l’aile antérieure. Le revers est de couleur gris terne agrémenté de lignes blanches (photo de Jean Delacre, au Tizi-Tanout-ou-Fillali, Moyen Atlas méridional). Territorialiste, le mâle patrouille en virevoltant nerveusement dans le périmètre d’un bouquet de plusieurs arbustes et se pose réitèrement sur un même rameau électif, souvent à la cime dont il ne tend à descendre qu’en fin de journée. Inféodée au Chêne vert, cette Thécla vole en juillet et présente des populations disjointes dans tout le Maroc montagneux et non saharien, dans les écorégions des forêts humides et de celles sclérophylles. La chênaie verte couvre au Maroc une superficie de presque 1.500.000 ha, majoritairement en montagne, et la prospection de cette masse considérable n’a guère livré qu’une modeste trentaine de colonies de Quercusia quercus iberica ! La localisation de chaque dème ne dépassant guère quelques ares, le Lycène n’habiterait donc que 0,000022 % d’un territoire potentiel peuplé par sa plante nourricière. Ce chiffre, ou même son décuple, est ahurissant ! La raison de cette paucité est sans nul doute la grande sensibilité de cette espèce, conjuguée au piètre état de son habitat, subissant tout autant la pression pastorale que la surexploitation forestière.


Bilan conservatoire (2015)

Nombre de stations au Maroc (2015) : plus de 100 ; non menacé.

Cartographie marocaine de l'espèce (2008)

Biotope

Chênaie verte au Tizi-n-Tretten, Moyen Atlas central
Chênaie verte au Tizi-n-Tretten, Moyen Atlas central
Chênaie verte au Djebel Tazzeka, Moyen Atlas septentrional
Chênaie verte au Djebel Tazzeka, Moyen Atlas septentrional
Chênaie verte au Djebel Ayachi, Haut Atlas oriental
Chênaie verte au Djebel Ayachi, Haut Atlas oriental